Votre CV est-il meilleur grâce à internet ?

_

votre cv est-il meilleur grace à internet. 1 job pour 10 cv

Si vous êtes pressé, la réponse est non, vraiment pas.


Si vous voulez un peu plus de détail, voilà pourquoi :

Je ne parle pas d'internet, comme pourvoyeur de nouveaux emplois, mais comme espace de communication pour le recrutement.

Il y a 20 ans, on envoyait des courriers en papier, écrits à la main dans des enveloppes timbrées à 3 francs (0,46€) chacune. Internet existait et coûtait le prix d'une communication téléphonique. Il fallait attendre que le «crchcrchcrch deng-deng» du modem ait eu lieu pour se connecter au « monde » et regarder les images fixes que permettait le débit. 

L'idée de l'utiliser pour travailler n'effleurait pas grand monde.

Les as de la graphologie avaient remplacé ceux de l'astrologie. Ca fait quand même un peu plus sérieux.

Recruter et trouver un job étaient une punition lente et mortificatoire. Le taux de chômage était de 10,5 %.

Aujourd'hui, on trouve des modèles de CV à trous, farcis de mots clés, qu'on peut placer poste-restante dans des banques de CV. On peut en envoyer gratuitement 80 par jour, 24/7, communiquer sur les réseaux sociaux, créer des CV vidéos, des CV buzz, etc, etc... et tout ça fonctionne pendant qu'on dort.

Les graphologues sont remplacés par les as du SEO. Ca fait quand même un peu plus sérieux. bob-emploi.fr et Uber nous promettent d'éradiquer le chômage. 

Postuler et trouver des candidats est un jeu d'enfant. 

Recruter et trouver un job sont toujours une galère car les difficultés qui ont disparu ont été remplacées par d'autres et le taux de chômage est de 10,2 %. On ne parle pas de ceux qui survole le sujet et n'ont jamais de problème pour être embauché, ils ont toujours existé. Leur talent a juste changé de forme.

Comparez ces deux cartes.

blog 1 job pour 10 cv. candidature CV lettre de motivation

La carte de l'accès à internet HD vs la carte du chômage en France. Le taux de chômage n'est pas meilleur dans les zones où internet est facile et la distance aux entreprises n'est pas un critère plus pertinent.  

Les axiomes fondamentaux demeurent et internet ne les a jamais changé qu'au moment des « early-adopters » mais pour un moment bref et révolu.

Je m'adresse maintenant à vos souvenirs ou à votre imagination, selon votre âge : il y a 20 ans (et plus), on faisait des rencontres dans les annonces du chasseur français et les agences matrimoniales et ça prenait du temps. Aujourd'hui, les possibilités de contacts sont innombrables, immédiates et la distance n'est plus un critère.

Partant, je suis sûr qu'une question ne vous a pas échappé. La solitude a-t-elle disparu et la manière de tomber amoureux a-t-elle bougé d'un iota ? Que Nenni !

On peut toujours multiplier les rencontres et se connecter à l'humanité entière, le sentiment de confiance, d'affinité ou les aspirations humaines sont imperméables à la facilité numérique, parfois même réticents.  Ce sont pourtant ces sentiments et ces affinités qui engendrent des naissances et des contrats de travail, pas la manière de se trouver.

L'avantage des méthodes du SEO, c'est que vous toucherez plus vite, plus de monde. Le monde entier, voire. 

L'inconvénient, c'est que ça ne vous garantit rien d'autre, en plus de vous noyer dans la masse de ses pratiquants. Au lieu d'envoyer des sacs de riz à une foule affamée depuis un camion, elles les larguent désormais depuis un avion. Ca va plus vite, ça couvre plus de territoire et c'est un avantage pour ceux qui courent vite mais comme il n'y a pas plus de riz, leur avantage se résorbe en quelques minutes. Et il faut continuer de faire la queue pour manger des miettes. 

Un CV qui colle au besoin comme la cire fondue épouse le moule, c'est la capacité inverse de manger à sa faim sans courir et ni le support, ni la concurrence n'y changent rien.

Vous me rétorquerez que c'est bien gentil, mais votre CV est déjà prêt. Il est blindé d'infos et surtout conforme en tous points aux derniers standards subtils du CV 2.0.  Il a fallu faire un peu de chirurgie et même finir avec un peu de maquillage. C'est de bonne guerre. 

Votre lettre de motivation a été remplacée par votre profil LinkedIn. De toute façon, cette satanée lettre,  de moins en moins de recruteurs en veulent, on n'y trouve que de la "motivation industrielle" bon marché d'importation (internet).

Pour rendre votre visibilité totale, vous avez peut-être traduit votre profil en anglais. Désormais, vous êtes au sommet de l'accessibilité. The Wide World Web is Yours. Vous n'attendez plus que la fibre soit tirée pour vous connecter avec les 3 milliards de Martiens, mais pour le moment vous êtes  « à toc ».

Et puis, on ne va pas se priver d'utiliser internet en 2016.

Je vous répondrais Bravo. Le sens de mon propos ne peut pas être mieux résumé. Internet : formidable ! Il faut s'y jeter à fond, mais se souvenir que les règles de séduction (professionnelles ou amoureuses) et donc d'engagement sérieux,  commencent où s'arrête internet, c'est à dire avec la relation humaine. 

Le médium est une commodité, pas l'essentiel. Il impose assurément les standards et modifie les codes mais il n'est pas un avantage puisqu'il est pour tout le monde. Il faut l'utiliser pour sa fulgurance, mais sans en rester là. 

Suivre une logique conformiste pour se démarquer est aussi inefficace avec un outil moderne qu'avec un autre.

 La révolution numérique n'a pas révolutionné les émotions, les préjugés ou les racines de l'intérêt qu'on vous portera. Elle facilite seulement votre accès mutuel à l'autre. Elle ne participe pas vraiment aux filtres qui conduiront à la décision de vous embaucher.

 Elle ne révolutionne pas non plus l'égocentrisme de votre lecteur et son goût immodéré pour ses seuls intérêts.

Lui raconter votre carrière en imaginant qu'il y trouvera son compte est une erreur que le nombre ne corrige pas. Votre puissance de tir est énorme mais la concurrence aussi. 1 partout. Attention, je ne dis pas que ça ne marche pas du tout. C'est la pratique générale, les recruteurs font avec, mais c'est loin de l'idéal.

 Elle ne change pas le constat qu'un expert absolu ne fait pas un collaborateur bien motivé. Un expert, ça jargonne pour expliquer pourquoi ça peut marcher ou pourquoi ça n'a pas marché. Un collaborateur motivé, ça ne fait que dépenser son énergie pour que ça marche. C'est plus trivial mais plus bankable. Les moyens de le montrer sont différents. En tout cas, différent d'un CV où l'expertise prime. Est-ce le cas du vôtre ?

 Elle ne change rien non plus, à ces cartes mentales qui poussent certains à croire dur comme fer qu'en indiquant leur expérience de commercial, leur lecteur va se convaincre tout seul de leurs capacités de bon commercial. Qu'en indiquant leur expérience de manager, il va déduire lui-même qu'ils sont de bons managers « solveurs ».

De même, pour un manager, toute l'expérience du monde ne vaut pas la capacité de transformer les emmerdements en résultats, avec son équipe et sans aide. Ça peut en être un indice, mais encore faut-il en extraire  correctement ce qui l'indique. C'est ça que le recruteur cherche, rien d'autre.

La somme de vos capacités vendues au poids ne valent rien face à la simple perception que vous avez parfaitement compris ce qu'on attend du poste. Parce que vous aurez beau en ajouter, 10 tonnes de graviers valent moins qu'1 kilo d'or. La différence ? L'un est plus difficile à transporter mais l'autre, plus difficile à trouver. A vous de définir où vous souhaitez concentrer votre effort.

Le désamour pour les profils seniors en est le plus bel exemple. Et pour les aider, on les coule en leur disant, « vas-y, charge encore la barque, fais valoir ton expérience. Remets-en ! Et souque ! ».

Et si maintenant, vous ouvriez votre bloc note numérique ? Et si, avant d'y empiler tout ce que vous aimeriez dire sur vous, vous cherchiez d'abord la substance de ce que votre destinataire veut entendre ?

Il cherche un diplômé avec 10 ans d'expérience pour manager une équipe de techniciens ?

Pour le trouver, il a construit un profil issu des amours de Pégase avec une licorne, sauf qu'il le voudrait moins cher. Il met la barre très haut parce que le précédent était très diplômé et expérimenté, mais ça n'a pas suffi.

En fait, c'est plus simple que ce ça n'en a l'air.

La vérité nue ? Il cherche un pro qui :

  • Va sortir les objectifs dans les délais.
  • Ne sera pas à remplacer dans 2 ans, remettant le recrutement en cours à son point de départ.
  • Saura susciter des performances dans l'équipe sans faire de casse (encore du recrutement).
  • Gérera la crasse du quotidien sans le déranger constamment pour lui laisser du temps
  • Produira une bonne image de l'entreprise à l'extérieur.

En partant de ces 5 points, qu'est ce qui peut être utilisé dans votre profil ? Et pensez-vous qu'il faille vraiment être une licorne ailée pour réussir ?

Il ne laissera jamais passer un pro capable de lui démontrer ça, que son CV soit numérique ou en papyrus, qu'il soit bardé de diplômes et d'expériences ou non.

et pour finir un petit clin d'oeil.

Un petit clin d'oeil à un garçon de 24 ans, dont la candidature démontre une intelligence exceptionnelle. Pour autant que la mienne me permettre d'en juger, bien sûr.

Vous avez peut-être entendu parler de ce buzz, cet été, avec une lettre de motivation remplie de blablabla. Maintenant regardez mieux le texte entre les blablablas.

Je ne sais rien, ni de ce garçon, ni l'entreprise qui lui a signé un CDI,  mais si vous allez au delà de la première analyse, sa lettre contient beaucoup d'éléments qu'on trouve dans une bonne lettre, c'est à dire une lettre qui déclenche des entretiens. Le blabla est une pièce maîtresse de son courrier parce qu'il attire l'attention mais il n'est pas la seule.

On comprend ce qui le fait rêver, ce qui le motive, son projet, ses compétences et ses avantages concurrentiels. Il y a ajouté une part de personnalité exceptionnelle, qui ne gâte pas le tableau, mais il ne s'en est pas contenté.

A moins d'interviewer le recruteur qui l'a embauché, on ne peut que spéculer sur les raisons de sa décision, mais je suis assez convaincu que le même blabla sur un fond médiocre, n'aurait pas forcément donné le même résultat.

Ce n'est pas internet qui lui a trouvé un job. Internet lui a juste permis une notoriété bien méritée.  

lettre motivation blabla


Passez de bonnes fêtes et assurez-vous que 2017 soit l'année des changements qui vont propulser votre carrière. 

Sondage :

Que cherchez-vous ?

C'est totalement anonyme.

  

Etes-vous efficace pour décrocher un entretien ?

quizz efficacité. 1 job pour 10cv. Patrick Morin

Un quizz gratuit en 10 questions pour vérifier votre efficacité.

JOUER

téléchargez gratuitement.

ebook 10 erreurs tueuses. 1 job pour 10 cv