Candidat(e) : Soyez beaucoup plus exigeant(e) !

Paragraphe 1

soyez plus exigeant 1 job pour 10 cv

Vous n'avez pas idée à quel point, cela change tout.

Lorsque l'on cherche un job, être exigeant(e) n'est pas interdit. Et comme le titre de cet article vous le suggère, c'est même fortement conseillé.  La seule chose est de bien s'accorder sur l'utilisation de cet avantage.

Si vous pensez que l'exigence est un caprice de diva, vous allez aboutir à la conclusion qu'il faut être une diva pour se le permettre. A l'extrême inverse, si vous avez dans l'idée que le marché est saturé, que les chiffres de l'emploi sont désastreux et que la concurrence est énorme, vous vous direz qu'il ne faut pas être trop exigeant(e) et qu'un emploi, n'importe lequel, c'est déjà bien beau pour s'en plaindre.

Tout cela est vrai. Ce qui l'est tout autant, c'est qu'entre les extrêmes, il y a suffisamment de place pour que vous trouviez la vôtre.

Etre exigeant, c'est gagner le respect.

Si vous manquez d'exigence, vous pouvez passer immédiatement au maquillage, vous ressemblerez à mon personnage d'illustration. Forcez bien sur le rouge et sur le vert, quitte à se dévaloriser, allons-y à fond !

Les vraies affaires ne se font pas entre une partie exigeante et une autre soumise à tous les renoncements. Elles se font entre deux parties exigeantes sur leurs objectifs mais prêtes à quelques concessions pour ne pas rater l'Opportunité qui se propose.

Négocier une affaire face à une partie soumise et complaisante sur vos intérêts, est un signal qui doit alarmer immédiatement celui qui le détecte. Il y a forcément un os quelque part.

Les trombinoscopes des réseaux sociaux pros regorgent de profils "à l'écoute du marché" ou "qui étudient toute proposition" (voir cet article) sont un véritable repoussoir à recruteur par leur manque d'exigence probable.

Autant indiquer "bon à rien, prêt à tout, cherche d'urgence n'importe quoi pour sortir de la tisane dans laquelle je patouille actuellement". (!!!)

Etre exigeant, d'abord avec soi-même.

Commencez par mesurer votre vraie valeur. Si vous n'avez pas de conviction là dessus, pourquoi voulez-vous qu'un inconnu devine l'existence d'une valeur en laquelle vous ne croyez pas vous-même.

C'est difficile de s'auto-évaluer mais avec un peu de bon sens, quelques comparaisons réalistes et un minimum de confiance en soi, sans atteindre la prodigieuse réussite d'un Schwarzenegger ou d'un Bill Gates, vous devriez améliorer vos chances.

Partant, définissez clairement ce que cette valeur doit vous rapporter en contrepartie. Il ne s'agit pas ici seulement d'argent mais également de responsabilités et de moyens. Alors, vous allez sélectionner un petit nombre d'offres et d'opportunités et les accrocher avec soin. Un tir de haute précision ne se réalise pas avec une mitrailleuse de gros calibre en hurlant votre énergie, les yeux fermés. Elle demande de la concentration, le temps de bien faire, un fusil de précision qui tire des munitions de précision, une par une. Il en partira beaucoup moins mais elles atteindront toutes la cible.

Etre exigeant avec le recruteur.

Nous y voilà ! Comment peut-on être exigeant avec quelqu'un qui vous évalue ? Tout simplement en considérant que vous n'êtes pas prêt(e) à conclure sans avoir évalué votre propre intérêt à le faire. Je parle là de TOUT votre intérêt et pas seulement, celui d'obtenir un contrat.  Un entretien d'embauche, c'est une évaluation réciproque, pas un examen scolaire. Le seul bémol, c'est votre capacité à démontrer que votre exigence n'est pas une intransigeance bornée qui sera un problème au quotidien. Il y a un peu de marge avant d'en arriver là. Si vous êtes souriant(e) et que vous n'utilisez pas de formules définitives, peu de risque de faire une maladresse.

Un comportement déplacé, une question interdite, un manque de considération évident ? Ne perdez pas votre temps ! Votre valeur professionnelle ne mérite pas ça. Sans compter qu'un recruteur qui se comporte mal est rarement un manager qui se comporte bien.

En pratique, précisez bien les limites de votre projet et surtout, posez des questions vous aussi. Mais de grâce, arrêtez de poser les questions "bateau" qu'on vous conseille de poser pour faire grande impression. C'est tellement ridicule de penser que votre interlocuteur ignore ces ficelles grossières.

Vous n'êtes pas un candidat au bac "distributeur de réponses". Vous êtes un(e) vrai(e) pro qui vérifie qu'il sera à même de s'exprimer dans de bonnes conditions.

Qu'est ce que vous attendez du candidat à ce poste ? De quels moyens disposerais-je si nous faisons affaire ? Quelles sont les limites de l'autonomie du poste ? etc...

Ne posez pas ces questions pour faire bien, posez-les pour évaluer les réponses qui vous seront faites et juger de votre intérêt à poursuivre.

Votre exigence est positive.

Dès lors, il y a deux options. Soit votre vis-à-vis se dit en lui-même "quel emmerdeur !" et dans ce cas, ne regrettez rien, il se serait fait la même réflexion tous les jours en vous écoutant proposer vos idées. Ce que vous laissez passer aujourd'hui, vous devrez l'avaler demain.

Soit il constate que vous êtes capable d'autonomie et d'une exigence qui peut-être bénéfique pour les intérêts de l'entreprise. J'ajoute même qu'un recruteur peut entrevoir d'accorder plus facilement sa confiance à quelqu'un d'exigeant qu'à un autre. Pourquoi ? Parce qu'il ne répond pas toujours OUI mais quand il le fait, on peut compter dessus. Quand il ne le fait pas, il a de bonnes raisons et il sait les expliquer.

Comme en tout, intervient une question d'équilibre et d'intelligence de la situation mais de façon générale, n'ayez pas peur d'être exigeant(e).

téléchargez gratuitement.

10 erreurs tueuses à éliminer de votre candidature. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

38 pages A5