Comment rester un candidat motivé malgré les échecs ?

_

Rester motivé malgré les échec. 1 Job pour 10 cv. Patrick Morin

Il est peut-être temps pour vous d'écouter une voix capable de vous dire la vérité. Même si ça bouscule vos certitudes ou que c'est désagréable à entendre.

Pour l'instant, tout le monde a été très gentil avec vous. C'est très agréable, mais ça vous a mené où, concrètement ?

Les quelques recruteurs que vous rencontrez, vous expliquent ce qui cloche avec le sourire n°32 bis et l'oeil humide du faux-cul qui ne se mouille pas.

Ils ne vont certainement pas prendre le risque de vous livrer le fond de leur refus et risquer de vous voir mal le prendre. Ça, ils ont déjà essayé, dans le passé. C'est terminé. Il y a longtemps qu'il ne se font plus piéger.

Alors ils prennent congé avec un sourire menthol, en vous lâchant un petit motif inoffensif, goût fraise. Vous êtes content, ils sont tranquilles. C'est carré. Ça sent l'harmonie. Tout le monde est heureux. Tout le monde ?

COMMENT POUVEZ-VOUS DEVINER ?

Je n'ai aucun intérêt à vous faire de la peine, mais si personne ne vous dit certaines choses, comment les trouverez-vous tout seul ?

Chacun de nous est le moins bien placé pour juger de ses propres erreurs de communication. Vous ne faîtes pas exception. Moi non plus !

En fait, j'aurais dû intituler cet article « comment rester motivé en évitant les échecs » , parce qu'évidemment, le meilleur moyen, c'est bien de les éviter.

Vous ne pensiez tout de même pas que j'allais vous donner une astuce pour booster votre joie en continuant d'échouer ?

En tout cas, je l'espère.


A moins que vous fassiez partie de cette catégorie rare de gens capables de s'entêter déraisonnablement et de rester motivé et enthousiaste indéfiniment quand ça va mal. Si c'est le cas, continuez comme ça. Rien ne peut vous atteindre.

Sinon, suivez-moi.

On finit toujours par se remettre en cause à un moment. C'est un signe d'intelligence d'ailleurs, mais ce n'est pas votre intelligence qui est en jeu. Ni d'ailleurs votre expérience, votre âge, vos compétences, ou votre stress et une réponse qui part de travers lors d'un entretien.

Non, non. Rien de tout ça.

Si on vous l'a déjà servi un de ces motifs comme prétexte à un refus, on vous a menti. C'est cruel, mais c'est ainsi.

En fait, c'est pire que tout réuni et vous savez pourquoi  ? Parce que c'est quelque chose de plus simple, mais surtout quelque chose que vous pouvez corriger vous même sans grosse difficulté, contrairement à toutes celles que je viens de dire.

on parle de votre attractivité professionnelle

Ce qui «donne envie » au recruteur, d'aller plus loin. C'est ça qui ne marche pas. C'est donc ça qu'il faut corriger. Est-ce qu'à vous, ça fait envie ?

Le temps passe et vous sentez confusément que plus vous attendez, plus les choses s'enkystent. Vous savez qu'il est toujours plus tard qu'on ne croit.

D'abord, vous devez comprendre les vraies raisons qui font que c'est important de ne plus perdre de temps à essuyer des refus en continuant de pratiquer ce qui ne marche pas.

Vous pensez aux projets suspendus ? Aux vacances, aux sorties qui attendront ? A l'épargne qui fond en silence  ? Bref, à la précarité de votre situation financière ? Oubliez ça un moment. Ce n'est pas une cause. C'est une conséquence. S'attarder là dessus, c'est gaspiller du temps qui serait mieux utilisé pour s'attaquer aux causes.

Le problème principal, c'est votre « sex-appeal » professionnel. Votre employabilité, l'impression positive, la valeur future qui se dégage de votre candidature. C'est ça qu'il ne faut pas perdre ou qu'il faut ranimer. Plus la situation traine, plus cette denrée précieuse s'évapore et plus la situation traîne. C'est un cercle vicieux.

Le deuxième problème, c'est votre moral, votre confiance. La motivation qui vous lâche sans bruit. Et chaque centimètre perdu, c'est votre employabilité qui recule avec. Les deux sont tellement liés. Le sentiment de perdre de sa valeur. C'est grave parce que c'est ce que vous perdez qu'il vous faut pour réussir.

Le troisième problème, c'est votre réseau. Il prend le large, gentiment, sans bruit, mais il prend le large. Et oui, un réseau, c'est un syndicat d'admiration mutuelle. Contrairement à la pile Wonder, il ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.

ce que personne ne vous dit.

Trouver un meilleur job en 3 mois. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Il va bien falloir qu'on finisse par vous lâcher le morceau. Le problème n'a rien à voir avec la qualité réelle de votre candidature. Votre valeur professionnelle est intacte, totale. Tenez vous le pour dit.

Votre problème tient soit à votre projet qui est mal ficelé, soit à votre communication qui est inadéquate. J'ai constaté que c'est souvent les deux.

Pour faire simple, il y a 3 sujets à contrôler :

  • Votre candidature ne produit pas une bonne impression dans l'esprit de celui qui la lit.
  • Votre motivation n'est pas à la hauteur de ses critères de choix.
  • Votre capacité à réussir dans l'avenir ne le convainc pas.


Il va falloir comprendre.

Ne cherchez pas la facilité en singeant des modèles ou en apprenant des réponses par coeur. Le pif de la plupart des recruteurs est entraîné à reconnaître l'odeur du toc, comme celui du chien, repère la truffe.

Si tout va normalement, il y aura toujours une question que vous n'avez pas préparée et vous allez pouvoir expérimenter un désastre que vous aurez programmé vous-même.

On vous fournit des modèles à recopier pour votre CV, pour votre lettre. Ce qui est rigolo, c'est que j'utilise ces modèles dans mes journées de formations, pour expliquer ce qu'il ne faut pas faire et pourquoi.

Ceux qui m'écoutent comprennent tout de suite les raisons. Je n'ai pas trop de mérite, je tape « modèle CV » dans Google, je clique sur « images » et sur les 10 premiers qui se présentent, j'en importe 5 pour exemple.

Tiens juste un petit truc pour vous prouver cela : les CV en couleur.

6 à 8 fois sur 10, votre CV sera imprimé sur une imprimante laser noir et blanc (le moins cher). Les CV à fond marron, les barriolages orange ou bleus, ça ne fait pas un CV qui se différencie comme on vous l'a dit, ça fait un CV qui ressemble à un chiffon brûlé (tout noir, donc) et qu'on n'a pas envie de lire. 

Personnellement, je n'imprime même pas ces CV là parce que je ne veux pas dépenser 15 jours d'encre pour imprimer un seul CV. Le résultat en noir et blanc de ce si beau CV dont vous êtes si fier, c'est moche et impraticable. Faites un CV qui garde toute sa puissance s'il est imprimé en noir et blanc.

Hormis ce genre de détails (qui finissent par ne plus en être), il faut repositionner votre stratégie de communication. Ne vous efforcez pas de cacher ce qui vous gêne, efforcez-vous de montrer ce qui mérite de l'être. C'est la même différence qu'entre "ne pas devenir pauvre" et "devenir riche". Le résultat final ne peut pas avoir la même tête.

Ce n'est pas vous qu'il faut remettre en cause. C'est ce que vous faîtes. C'est différent et beaucoup plus facile.

Vos éléments de candidature (CV, LM, mails, etc.) n'ont qu'un seul objectif :

DECROCHER... UN... ENTRETIEN.


et pour cela leurs 3 missions sont bien de :

  • Donner de vous la bonne impression
  • Montrer la bonne motivation
  • Démontrer que vous détenez les bonnes qualités pour réussir dans l'avenir.

5 pré-requis indispensables à METTRE EN PLACE POUR RéUSSIR.

Rester un candidat motivé, malgré les échecs. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Voici 5 pré-requis fondamentaux à mettre en place pour réussir à rester motivé en évitant les échecs.

Pour réussir, vous devez mettre en place les 5, comme des étapes, rigoureusement et dans le bon ordre.

Segmentez votre démarche de recherche d'un nouvel emploi, (voir cet article). 

On ne touche à rien de la deuxième étape tant que la 1ère n'est pas complète. On n'attaque pas la 3ème avant de maîtriser la 2ème, etc ....

Quand on veut se mettre à la guitare, on ne pose pas des affiches pour un concert dès la première semaine. Sinon, c'est échec assuré et stress à gogo. On commence par le B.A.BA. On commence par rêver de ce qu'on fera de ses futurs talents de guitariste, on apprend le solfège et on choisit son instrument.

Pour votre CV, c'est pareil. Envoyer votre CV sans avoir respecté ce qui suit, c'est coller les affiches pour le concert avant d' apprendre à jouer.

Au lieu d'accumuler des gros echecs prévisibles parce qu'inévitables, on cumule des petites victoires qui mènent au gros succès. Voilà déjà un déjà un vrai moyen de garder son moral en évitant les échecs. Tout simplement parce que vous réussissez souvent. Chaque succès est une source de plaisir et votre motivation se maintient bien.

Etape 1 : corrigez votre état d'esprit vers la réussite.

Il y a un principe supérieur qui doit vous guider : si vous ne réussissez pas, c'est de votre faute ! Un peu brutal ? Oui, mais il y a un symétrique agréable : Si vous réussissez, c'est grâce à vous !

Aïe, pas facile. C'est vrai, mais c'est essentiel. Pourquoi ? Parce que si vous espérez réussir grâce à des choses qui vous échappent, vous n'y arriverez pas. Si, au contraire, vous considérez que vous échouez parce que vous avez mal fait quelque chose, la solution est simple : il suffit de remettre l'ouvrage sur le métier pour  réussir ce que vous loupez aujourd'hui. 

J'ajoute un point important : c'est n'est pas POURQUOI ça ne marche pas qui compte mais COMMENT ça pourrait marcher. Vous ne cherchez pas à faire une autopsie des causes de votre échec. Vous cherchez à réussir. En plus, quand vous aurez compris COMMENT faire, vous aurez, pour le même prix la réponse à POURQUOI ça ne marchait pas.

Il y a les choses que vous subissez, sans pouvoir agir : votre âge, votre sexe, votre adresse, votre expérience, la crise, le chômage de masse, les réalités sociales, etc, etc.

Ca peut vous fournir de très belle excuses si vous en cherchez. Si vous préférez des résultats, passez à ce que vous pouvez changer : votre attitude, votre projet, votre pratique, votre rigueur, etc. Bref, vous-même.

Tous les jours, il y a des candidats qui réussissent. Tous les jours des candidats de 53 ans, des femmes qui ont élevé leurs enfants, des personnes issues de la diversité, des personnes qui sont restées 15 mois au chômage, etc.… C'est donc possible. Notez que je ne dis pas que c'est facile, je dis que c'est possible.

Vous me direz qu'il y a aussi des personnes qui gagnent au loto mais beaucoup plus qui échouent et on n'y peut rien.

Ça, c'est bien vrai ! C'est pourquoi vous allez arrêter de postuler comme on joue à la loterie mais plutôt comme on décide de conquérir une place forte. Les murs ne sont pas si hauts si vous avez la bonne échelle.

Rappelez-vous les athlètes paralympiques. Ils ont de meilleures raisons que vous de se plaindre et pourtant, ils sont champions de niveau planétaire. Ce n'est pas le hasard qui les a amené là.

Je vous conseille la lecture du livre de Dale Carnegie : "Comment se faire des amis et influencer les autres". Si vous ne suivez qu'un seul conseil, suivez le premier : Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas. Je sais que lorsque vous aurez commencé cette lecture, vous irez jusqu'au bout. Ce premier conseil change une vie.

Je vous conseille ensuite la lecture du livre « les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu'ils entreprennent » de Stephen Covey. Lisez le entier mais rappelez vous de la 2ème et 3ème habitude : Sachez dès le départ où vous voulez allez et faites ce qui compte pour y parvenir avant le reste (do first things first).

Etape 2 : Montez un projet professionnel qui tienne la route.

Votre objectif n'est plus de trouver du travail, il est de réussir votre vie professionnelle. N'envoyez AUCUNE candidature, tant que vous n'avez pas un projet pro précis qui parle de ça. Ici encore, pas d'échec à prévoir. Seulement le risque à peu près inévitable d'allumer le moteur de votre motivation.

Téléchargez ces documents et remplissez-les en prenant votre temps. 

Vos satisfactions passées. et Vos priorités futures.

Qu'est ce que votre expérience vous a montré de ce qui vous convient et quelles sont vos priorités futures ?

Les réponses à ces questions vont vous apporter 2 qualités extraordinaires :

  • Des raisons d'être exigeant et d'avoir des critères de choix qui vous correspondent. Etre exigeant veut dire : être capable de refuser une proposition qui ne vous convient pas.
  • Une motivation pour décrocher un emploi qui vous fait vraiment envie.

Lorsque vous allez parler avec votre recruteur ou lui écrire, vous serez plus enthousiaste, plus cohérent dans vos réponses, plus convaincant, plus attractif. Vos arguments seront plus évidents, moins douteux. Vous allez vous transformer sans vous en rendre compte, en bon candidat.

Les recruteurs ne veulent pas des candidats qui cherchent du boulot. Pourquoi ? Parce que leur motivation va s'effondrer quand ils auront atteint leur but. Ça, c'est la garantie parfaite d'un mauvais collaborateur pour la suite.

Ils veulent des candidats déterminés sur un projet fort. Leur motivation restera intacte et va même s'intensifier après avoir été embauché. La motivation est la première valeur d'une candidature. Les compétences, ça se trouve à la pelle. La bonne motivation est une épice rare.

Ils cherchent donc d'abord à savoir POURQUOI vous leur avez écrit. Si c'est juste pour manger, vous êtes au rez-de-chaussée de leur septième ciel. Et vous y resterez !

Un détail : le bon endroit pour le dire dans votre CV, c'est l'accroche. Au lieu d'indiquer " ingénieur commercial" en haut du CV, comme on indique "camembert" sur une boite de fromage, dîtes quel est votre projet. On ne peut pas le deviner. Dîtes-le. "Mon projet est d'intégrer une entreprise de haute technologie pour évoluer vers un poste de management". 

Vous répondez à la question "pourquoi m'a-t-il (ou elle) écrit ?". C'est juste le principal.

Bénéfice de cette étape : impossible d'échouer et votre motivation va grimper.

Etape 3 : Ne cherchez QUE des propositions capables de satisfaire vos critères et ne lâchez rien.

Est-ce que je ne risque pas de passer à côté d'une opportunité en faisant ça ?

Bah oui, évidemment, mais quel est le problème ? Vous n'avez besoin que d'un seul job, non  ?

Pas besoin de répondre à 200 annonces pour trouver un seul job. 5 suffisent largement. En bout de piste, c'est même 4 de trop.

Mais, croyez-moi, envoyer 5 candidatures exigeantes et riches en bonnes raisons de postuler, ça vaut cent fois canarder tout ce qui bouge avec 50 CV sans motivation claire. Presque la totalité de ceux qui ont des difficultés utilisent cette stratégie d'arrosage. Ca marcherait si vous étiez seul au monde. 

2 intérêts incomparables :

 Pour le recruteur, vous n'allez pas seulement faire partie des 90 % de candidats qui détiennent les compétences recherchées, vous allez EN PLUS, faire partie des 5 % de candidats qui ont de BONNES RAISONS de postuler et donc de réussir dans le poste.

 Vous allez être bon. Tout simplement bon. Parce que la meilleure manière d'avoir une motivation qui se voit, c'est de la vivre pour de vrai. Inutile de singer le candidat parfait, vous êtes naturellement un excellent candidat, même si vous êtes stressé dans l'entretien ou que vous n'avez pas encore toutes les compétences.

Le recruteur ne s'intéresse pas à votre passé, il s'intéresse à son avenir avec vous. C'est différent.

Bénéfice de cette étape : totalement impossible d'échouer et votre motivation va encore grimper.

Etape 4 : Construisez un CV et une LM qui valorisent ce que cherche le recruteur.

Vous pensez que votre CV, c'est le récapitulatif de votre carrière ? Forcément, vous n'avez qu'un CV puisque vous n'avez qu'une carrière. En clair, si vous faîtes ça, votre CV, c'est une collection de souvenirs qui prennent la poussière.

Le recruteur n'est pas un touriste et vos souvenirs, vous allez les garder pour vous.

Qu'est ce qu'il cherche ce brave professionnel ? Il va bien falloir se poser la question. Chaque métier est différent et c'est pour ça qu'il n'y a pas de bonne réponse ou de réponse toute faite. Vous ne réussirez pas à convaincre en recopiant un modèle. Il y a une réponse par critère de cet employeur, pour ce poste, dans cette entreprise.

Téléchargez ces fiches et prenez le temps de les remplir. 

  1. Analyse de votre expérience
  2. Découverte de l'entreprise
  3. Exigences du poste, face à vos capacités 1
  4. Exigences du poste, face à vos capacités 2

La 1, c'est une fois pour toutes. Les 3 autres, c'est pour chaque offre où vous postulerez. Si vous avez un projet pro sérieux, la 3 et la 4 vont être quasiment identiques chaque fois.

Lorsque vous aurez fini, vous aurez une idée de ce que recherche le recruteur qui a posté l'annonce. Vous aurez une idée de ce qui peut lui convenir dans votre parcours et vous saurez faire matcher les deux. Pour faire encore plus simple, lisez bien l'annonce. Si elle est bien faîte, il vous dira lui même ce qu'il cherche et donc sur quoi il faut insister.

Rappelez vous quand même qu'il y a 5 critères sur lesquels, il faudra toujours être au rendez-vous :

 Votre capacité à atteindre les résultats du poste. Ça s'évalue en donnant des chiffres précis sur vos résultats passés. Un candidat qui parle de ses résultats est un candidat qui est naturellement orienté vers LE RESULTAT et qui a l'habitude de le chasser. Vous multipliez vos chances par 10.

 Votre honnêteté, ou plus exactement, votre capacité à être digne de confiance. Indiquez pour chaque expérience, le nom d'une personne à contacter avec le numéro de téléphone. Il le fera probablement une fois sur trois mais il se dira à chaque fois que vous n'avez rien à cacher. C'est bon pour la confiance. Excellent même. 

Autre exemple : indiquez votre âge si vous avez plus de 45 ans. La plupart des candidats « l'oublient ». Pourquoi ? Pour le cacher ? Vous avez commencé votre carrière en 90. A quoi ça sert de faire croire que vous avez 25 ans ? Un indice de plus que vous êtes transparent. Un indice également que vous n'écoutez pas aveuglément les conseils des pseudo-spécialistes qui vous suivent.

 Vos aptitudes sociales. Est-ce que vous allez vous intégrer ? Est-ce que votre présence dans l'équipe sera une bénédiction ou une occasion d'avoir des brûlures d'estomac ? Pour le guider, indiquez sobrement que vous pratiquez un sport d'équipe. Dans vos réalisations, ne dîtes pas « je » mais « nous » avons réussi cela.

 Votre sérieux. La photo professionnelle avec une tenue professionnelle (une chemise blanche va très bien) et l'absence de fautes ou de bourdes de mises en page, indiquent clairement que vous prenez soin de bien faire les choses. Ça ne coûte pas plus cher mais c'est décisif dans le choix.

 Votre « bonne nature ». J'ai toujours trouvé que travailler avec des gens caractériels ou susceptibles, est un remède miracle contre la constipation. Alors que travailler avec des gens curieux, souriants, gentils, capables de se remettre en cause et pourquoi pas, avec un peu d'humour est un remède contre la fatigue et l'ennui. Regard direct, sourire large, dents apparentes sur la photo, suffisent à imprimer l'envie de vous rencontrer. Le recruteur doit avoir envie de vous inviter à manger après l'entretien.

Etape 5 : Préparez toujours l'entretien comme une vente, jamais comme un examen.

Un examen, ça se prépare en bachotant, en répétant devant la glace, en apprenant par coeur et en écoutant son ventre gargouiller en attendant son tour de souffrir.

Une vente, ça se prépare en cherchant avant les besoins du client, en révisant les arguments de son produit sur le bout des doigts, en étant en forme et en affûtant sa tenue, son sourire et sa joie de vivre.

Je n'ai jamais loupé un bon candidat parce qu'il répondait maladroitement à une question d'entretien. Les bons collaborateurs ne cherchent pas souvent de travail et ne sont donc pas toujours très compétents en candidature. Par contre, ils sont toujours très bons pour communiquer leur enthousiasme. On ne cherche pas un bon candidat, on cherche un bon collaborateur.

Vous loupez une réponse, vous êtes un peu stressé ou intimidé. A l'extrême, tant mieux. Ça me rassure parce que j'ai l'impression d'avoir en face de moi un type normal et sincère. Si vous avez préparé votre vente correctement, ce que vous loupez n'est rien à côté de ce que vous allez réussir.

Si vous avez compris celui qui est en face, vous serez naturel pour lui répondre et vous saurez vous adapter en moins d'une seconde à chaque question.

Dernier point, si on vous pose une question idiote (combien de fenêtre sur la tour montparnasse ? Combien de billes pour remplir le coffre d'une Twingo ? Etc…), souriez comme si c'était un jeu (c'en est un) et répondez par une autre question. (Vous voulez dire avant ou après les travaux de 1982 ? Vous parlez d'une Twingo de quelle année?). Votre arroseur est arrosé et s'il insiste, insistez aussi. Il devrait finir par sourire aussi et passer à la suivante. Si vous vous montrez souriant et amusé, un lien de connivence va même se créer.

Si vous vous montrez embarrassé, il aura réussi à casser votre rôle de candidat parfait et découvrira une partie de votre vraie nature. Au contraire, si vous vous montrez trop sûr de vous, avec une réponse ajustée au micron, il va vous prendre pour ce que vous êtes : un bon acteur. Est-ce votre but ? Renvoyez la question !

Pour conclure

Voilà. Il y a quelques minutes, vous avez décidé de lire cet article parce que vous cherchiez un truc pour resté motivé malgré vos échecs. A présent, vous êtes mieux armé pour rester motivé parce que vous allez éviter les échecs.

Appliquez ces recettes dès aujourd'hui. Arrêtez de mitrailler n'importe qui avec n'importe quoi. Suivez ces conseils et votre motivation va enfler pour deux raisons :


  • Vous allez courir après un job qui vous donne envie et ça donne la pêche.
  • Vous allez diminuer considérablement les refus qui vous minaient parce qu'on va avoir envie de vous dire oui.


Ce n'est pas une recette miracle. Elles n'existent pas. Ça ne va pas se faire en claquant des doigts mais je ne vois pas ce qui vous empêcherait de suivre ces étapes et de les réussir en y mettant un peu de concentration. Vous êtes un pro et vous avez envie de réussir. Ces deux conditions suffisent pour y parvenir.

Il manque encore des choses pour monter une candidature de rêve mais vous avez de quoi bien commencer, et puis il faut bien qu'il me reste des choses à vous dire  ;-)

Alors, attaquez dès aujourd'hui en commençant par l'étape 1 et dans moins de 15 jours, vous allez mieux comprendre par vous même ce que je viens de vous dire. Rien ne vaut l'expérience pour comprendre.

A très bientôt.

Téléchargez gratuitement.

10 erreurs tueuses à éliminer de votre candidature. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Etes-vous efficace pour décrocher un entretien ?

quizz efficacité. 1 job pour 10cv. Patrick Morin

Quizz gratuit en 10 questions pour évaluer votre efficacité.

Plus...

Votre motivation est-elle attractive ?

quizz motivation. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Quizz gratuit en 10 questions pour savoir si votre motivation va attirer l'oeil du recruteur.

Plus...