Candidat à potentiel, pourquoi vous sous-estimer ?

_

 Taper « réussir son CV » ou « réussir un entretien d'embauche » sur Google pour décrocher un job, c'est comme taper « trouver le point G » sur le même Google pour trouver la femme de sa vie.

Je ne dis pas que c'est totalement inutile mais je crains qu'il manque 2 ou 3 choses importantes avant que vos rêves de bonheur ne se réalisent. (Merci de ne pas m'écrire à ce propos, je ne suis pas spécialiste.)

Comme je sais que vous n'aimez pas beaucoup lire, je me dépêche avant que vous ne passiez sur LinkedIn à ce splendide article qui vous fait de l'oeil  :  « L'influence de StarWars dans le management de la génération Z »

La concurrence est rude.

Alors voilà une petite vidéo qui illustre plutôt bien ce que je vais vous dire après. Non, ce n'est pas une pub.




Pour ce sympathique compétiteur, comme pour vous aussi, la concurrence a l'air rude. Des malabars féroces, des vitesses de pointe époustouflantes, du biceps et du regard déterminé. Vous vous demandez si vous faîtes le poids.

Vous avez remarqué comme c'est curieux cette courbe qui suit votre moral de candidat ? Un jour vous êtes au top en pensant « Après tout, j'en vaux d'autres ». Et le lendemain, vous êtes dévasté par le réalisme en considérant la carrure de vos concurrents. Ces jours là, vous décidez d'ajouter une couche d'épaulettes à votre CV.

vous devez comprendre 3 choses importantes !

1 - Le recruteur demande ça...

1 job pour 10 cv

...parce qu'il veut ça !

1 job pour 10 cv

2 - Il reçoit un peu de...

1 job pour 10 cv

...un peu de...

1 job pour 10 cv

... et beaucoup de...

1 job pour 10 cv

3 - Vous,  vous essayez de lui vendre ça...

candidat à potentiel. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

...alors que vous avez ça !

candidat à potentiel. 1 job pour 10 cv

J'espère que vous me suivez.

La concurrence n'est pas aussi critique que vous le croyez. Il ne faut juste pas se précipiter pour faire la queue en attendant son tour parmi les futurs recalés alors qu'on a un ticket d'accès V.I.P. 

Allez, encore 5 minutes et vous pourrez passer aux  secrets de Dark Vador ;-)

La plus dangereuse limite de votre potentiel, c'est vous !

Vos doutes permanents. Votre subtile manière de réfléchir à ce qui ne va pas marcher. Votre fâcheuse tendance à écouter tout ce qu'on vous dit mais surtout de le croire. Ne le prenez pas mal mais c'est un fléau qui vous abat.

La plupart des conseils que vous entendez, viennent de pros qui n'ont jamais recruté et régurgitent des secrets de polichinelle ou d'autres qui recrutent tous les jours mais pas vraiment, en fait.

Ils proposent des short lists à des recruteurs qui décideront. Ca n'enlève rien à leur talent mais ça les prive de la comparaison entre un candidat et le collaborateur qu'il devient dans la durée. Croyez-moi, si c'était un détail, je me serais lancé dans l'élevage de licornes. 

Démoralisé par cette littérature qui vous conduit au doute, vous sous-estimez votre potentiel en vous imaginant que votre âge, votre manque d'expérience, ou que sais-je encore pourrait être un frein à la carrière explosive qui vous attend. Vous dévaluez votre candidature. Et vous le faîtes tout seul. Bien sagement, proprement, sans bruit.

Tous les recruteurs cherchent des profils exceptionnels et on ne les découvre qu'après. Enfin, quand on a eu du pif parce que rien ne le laissait apparaître dans leur candidature. Faut-il qu'ils aient eu l'occasion d'entrer dans l'entreprise.

Pire tout pire, j'entends les uns me dire "J'ai trop d'expérience" pendant que d'autres raclent les fonds de tiroirs pour avoir l'air d'en avoir. Comment peut-on en arriver à dire ou faire des co***ries pareilles ? 

Vous pensez que vous n'avez pas les capacités ou qu'il faut attendre qu'elles montent en charge (fréquent chez les jeunes diplômés) avant de prétendre à évoluer ? 

L'expérience n'est qu'un avatar de l'âge. Un navet de 20 ans ne devient pas une orchidée à 40. Ca devient un navet de 40. Il a seulement plus de feuilles. C'est votre espèce professionnelle qui compte (qui fait la différence), votre ADN, pas votre niveau de maturité.

Cette croyance est un harnais qui vous plaque au sol. Où est le danger ? Tomber ? Vous êtes déjà par terre.  Si vous voulez vraiment vous harnacher à des croyances, choisissez-en une qui vous élèvera.  Aussi sûrement qu'il ne peut rien naître du vide, aucun progrès ne peut naître de l'attente.

N'écoutez pas votre "bon sens", lisez l'annonce et lisez la bien.

 Il y a le profil qu'on recherche. En général, il est surdosé. Regardez la tête de Jean-Paul, votre voisin de droite et relisez l'annonce qui lui a permis d'entrer dans la boite. A l'époque, ils cherchaient le fils naturel de James Bond et Marie Curie et ils ont choisi Jean-Paul. Incroyable, non ? Sans doute parce qu'il avait un smoking sur la photo et un diplôme de chimie. (Changez le prénom si celui-là vous dérange).

 Il y a le profil qu'on espère trouver. Et là, c'est en filigrane. A déduire soi-même. Si vous êtes capable de lire ces entre-lignes en vous mettant  3 minutes à la place du recruteur, vous ferez tinter les bonnes médailles.

Dans cette annonce, ils recherchent un diplômé en Master en gestion de patrimoine avec une expérience "réussie" d'au moins 7 ans dans le pilotage de projets complexes, pour suivre des projets de réhabilitation. Rattaché au siège, il sera chargé de piloter la politique de l'entreprise, blablabla. Il tient les budgets d'exploitation, rapporter au directeur financier, faire le lien avec la direction technique, etc...Aimant le challenge, la communication, formé aux techniques du bâtiment, blablabla. Techniques de rédaction,  de communication, connaissance des logiciels de gestion de projet, SAP, excel, business plan,  technique du tricot à une main, etc...

Bref, un ciblage qui contient à peu près 7 personnes en France qui ont plus de 230 ans d'expérience chacune.

Vous faîtes une recherche sur internet pour  comprendre un peu mieux. L'entreprise est inscrite dans un programme de gestion de la satisfaction de ses salariés. Vous voyez le ressenti des équipes.

En clair, ce qu'ils cherchent, c'est une interface entre des équipes chantier bien râpeuses et un directeur débordé, pour simplifier les échanges aux deux parties pour qu'on tienne les délais et le budget. 

Quelqu'un qui parle aux GCS depuis l'agence et aux GCA depuis le siège (GCS = Gros Cons du Siège, GCA = Gros Cons des Agences). Le poste est basé en direction régionale.

Il faudra parler terrain aux premiers pour qu'ils s'approprient le message de fond et résumer l'essentiel des remontées terrain au deuxième pour qu'il décide vite et bien. Un  interprète avec les deux langues maternelles qui facilite le résultat, la satisfaction d'être entendu et la tranquillité de tous. Un candidat proactif, pragmatique, flexible et sociable aussi à l'aise les pieds dans la boue que sur la moquette climatisée du siège.

9/10 des candidats auront une des deux langues maternelles et auront appris l'autre à l'école. 

S'il n'a pas les diplômes ou l'expérience mais qu'il a compris ça et qu'il prouve un tant soit peu qu'il en est capable, on arrête. C'est le bon. Il a le principal, et comme personne n'est parfait, on verra pour résorber ses lacunes très vite.

Les critères techniques et les acquis ne garantissent pas qu'un collaborateur réussira dans la durée. C'est juste un indice, un attribut statistiquement fréquent, une probabilité tristement sérieuse. Ils sont objectifs mais aléatoires. 

  • Si vous les avez, tant mieux mais n'oubliez pas de parler du principal, sinon, vous êtes OUT quand même.
  • Si vous ne les avez pas tous, tant mieux, c'est plus de place pour insister sur l'essentiel. 
  • Si vous n'en avez aucun, tant mieux encore, la chance sourit aux audacieux. Démontrez l'essentiel et tentez votre chance. Tentez !!! Par contre, privilégiez l'approche directe, vous augmenterez votre réussite. 

 Et puis, il y a le profil que tout recruteur rêve de dénicher, peu importe qu'il soit parfaitement dans le portrait robot. De toute façon, s'il n'y est pas (et personne ne l'est jamais), ses qualités vont lui permettre, soit de compenser la lacune, soit de la combler très vite en apprenant. Dans 8 mois, il a le profil parfait.

  • Ambitieux et prometteur : il est motivé (motorisé) par un projet précis pour sa carrière. Au lieu d'apponter et serrer les amarres au ponton pour se protéger des vagues, il va donner de l'hélice et du gouvernail tous les jours pour aller en direction de son but. Il ira parce qu'il est déterminé. La boite profitera de son énergie et de ses résultats, même s'il ne reste que 2 ans.
Comment faire ? En titrant votre CV avec votre projet : "j'ai le projet de devenir directeur d'exploitation dans le BTP dans les 5 ans". Prenez juste garde de ne pas en dire trop pour ne pas effrayer ou agacer. Visez un cran au dessus du poste. On peut passer autant de temps à relire et poncer cette petite phrase que de rédiger le reste du CV parce qu'elle en vaut presqu'autant.

  • Efficace et pragmatique : il sait que ce son évolution est liée à ses résultats. Il est précis, rationnel. Il indique le contour de ses précédents postes et annonce ses résultats. Il est à l'aise avec son bilan.
Comment faire ? En cadrant vos missions Chef d'équipe. 7 équipages. Management direct de 12 techniciens. 700KE CA annuel.
En chiffrant vos résultats. 32 clients supplémentaires. +2% dans un contexte à -6%. Réduction de 12% du taux de perte. etc...

  • Proactif et infatigable : Il sait transformer toute situation en opportunité vers le résultat. Surtout les obstacles et les difficultés. Et oui, celui qui profite de conditions idéales pour réussir, n'a pas un grand mérite.
Comment faire ? En montrant dans une ou deux expériences récente que vous avez abouti au résultat, malgré un contexte défavorable. Nous avons contenu la perte de fréquentation liée aux travaux à -2%, par une progression du ticket moyen de +12% avec la mise en place d'une prime client pour tout achat supérieur à 250€.

  • Sociable, communicant et heureux : Il sait que la réussite ne se construit pas seul. Il partage, échange, est avide de collaborer, de participer, de contribuer. Il est heureux de vivre, enjoué, naturellement sympa. 
Comment faire ? En plaçant une photo TRES souriante. Si vous avez, comme certains que je ne dénoncerai pas, la tête idéale pour jouer dans "le transporteur", demandez au photographe de vous raconter une histoire drôle avant d'appuyer sur le déclencheur. Trouvez un moyen mais dévoilez vos dents. Rapellez vous de MAGRITTE sur "la trahison des images". 
1 job pour 10 cv. Candidat à potentiel.
Votre photo, c'est la même chose. Votre cerveau ne voit pas un morceau de papier en couleur qui représente une information, il reconnait le visage d'une personne devant lui. Ce que les yeux voient, le cerveau le considère comme vrai.  Vous imprimez des messages puissants. Ce n'est pas une information, c'est un déclencheur de (petites) émotions.

En disant "nous" au lieu de dire "je". La plupart des candidats raconte ses exploits PERSONNELS en occultant une évidence : personne ne réussit quoi que ce soit seul. Nous avons amené le secteur au 3ème rang national en 7 mois.

En étant tout simplement courtois et souriant dans vos écrits. C'est avec plaisir que je vous adresse ma candidature...

En ayant l'air content d'être là lorsqu'on vous convie à un entretien. Ce n'est pas hyper technique comme démarche.

  • Honnête et transparent : C'est toujours la grande question.  L'éternelle et prédominante question de la confiance. Est ce qu'on va pouvoir s'y fier ? C'est tellement évident mais tellement problématique. C'est la base de tout.
Comment faire ? En plaçant simplement une référence sur la ou les 2 dernières expériences. Il est rare qu'un malfrat place les coordonnées de ses dernières victimes sur son CV. Référence : Martial Dupré 06 06 06 06 06

  • Intelligent et flexible : La meilleure démontration de l'intelligence, c'est l'adaptation. La meilleure preuve de votre intelligence, c'est un CV et un message (LM, mail ou autre) adaptés à un poste précis dans une boite précise. 
J'ajoute que cette caractéristique assez rare est aussi un témoignage de votre engagement (vs la facilité de copier un CV standard). 

Un témoignage de votre motivation. Qui a pris la peine d'adapter sérieusement, prend la peine de concentrer l'effort qu'il faut quand l'enjeu le réclame. 

Et un témoignage de votre intelligence commerciale. Retenez ce qui compte en effaçant le reste. Reste que beaucoup de postes intéressants sont confiés à des cabinets de recrutement et qu'il est difficile parfois, de connaître l'identité de l'entreprise.

Comment faire ? Pour le CV adapté, relisez les articles de ce site et n'hésitez pas à me contacter. Il y a tant à faire. Pour répondre à une annonce de cabinet, copiez/collez les premières lignes de l'annonce dans Google (celles de la description de l'entreprise anonyme). Assez souvent, vous tomberez sur son site Corporate et vous saurez donc qui c'est, car ces messages pesés mot par mot, sont souvent repris tels quels dans les annonces. 

Le principal pour terminer

Tous les métiers détiennent un petit nombre de ténors exceptionnels qui influencent leur environnement très largement au delà du raisonnable. Toutes les entreprises comptent des cadres d'état-major reconnus qui ont réussi à percer par leur travail. 

Le point commun fréquent entre ces natures à fort potentiel, c'est qu'elles n'ont pratiquement jamais les diplômes et les expériences de départ qui aurait du leur permettre de réussir ce qu'elles ont réussi. Elles managent des collaborateurs qui ont ces diplômes.

Elles ont simplement mis leur destin en marche sur la seule foi en leurs capacités. 

Vous avez le potentiel de faire de très grandes choses si vous en avez envie et que vous êtes pragmatique. C'est plus facile à croire si vous êtes jeune évidemment parce que vos illusions sont plus puissants que vos préjugés. Pour l'instant. Que celui qui pense que tout ça est du baratin me prouve le contraire.

Vous n'avez pas besoin d'avoir toutes les capacités au départ pour prendre un poste. Ce qui vous manque, vous l'obtiendrez très vite si votre envie est assez forte. Un jour, on vous demandera de donner des cours à des étudiants qui passent le diplôme que vous n'avez pas. C'est sympa !

Vous n'avez pas besoin de convaincre un recruteur que vous êtes Superman. Il connait un peu la vie. Des Superman, on en trouve 13 à la douzaine dans les CV. Ils se transforment en Supernavet 6 fois sur 10 et en Superpasterrible le reste du temps. 

Ce que vous avez besoin de faire, c'est réfléchir au moyen de réussir. Le meilleur, c'est d'être où on vous attend sans surdoser votre discours. 

On y va ?

Avez-vous le profil pour devenir manager ?

Avez-vous le potentiel pour devenir manager. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Un quizz rapide et gratuit en 10 questions pour mesurer votre potentiel de manager.

Jouer...

Téléchargez gratuitement.

ebook. 5 attitudes gagnantes à tous les coups. 1 job pour 10 cv.