5 étapes d'une candidature réussie

   .

5 étapes d'une candidature réussie. 1 job pour 10 cv. Patrick Morin

Une candidature réussie, c'est celle qui vous offre un bon job qui va durer longtemps et vous apporter satisfaction. Mais c'est surtout celle qui va vous permettre d'y arriver vite et simplement. 

Pas besoin de réaliser un exploit. C'est le contraire. 

Etre méthodique et respecter à la lettre 5 étapes, l'une derrière l'autre, sans passer à la suivante, tant que l'on n'a pas réussi celle en cours.

Vous avez peut-être déjà réalisé les premières. Vous allez pouvoir vérifier où vous en êtes. Attention, si vous attaquez la 2ème, sans avoir bouclé la 1ère, il va falloir revenir un peu en arrière. Si vous ne le faîtes pas, vous allez galérer et perdre du temps.


1 - Préparer un projet qui tienne la route.


Plus de la moitié des candidats(e) part la fleur au fusil avec l'idée ridicule qu'on leur doit un emploi et qu'il suffit d'exister et d'attendre pour réussir. FAUX. Personne ne vous doit rien et il va falloir aller chercher le pompon vous-même.

La première valeur d'une candidature, c'est la motivation du candidat. Arrêtons nous quelques secondes là-dessus. 

On ne cherche pas un candidat TRES motivé mais un candidat BIEN motivé. La différence ? c'est la qualité avant la quantité. Au 23ème mois d'indemnisation, un candidat demandeur d'emploi est TRES motivé pour trouver un job. Beaucoup, passionnément, à la folie. En entretien, il vibre de motivation. Beaucoup plus qu'un candidat salarié déjà en poste qui cherche un autre job pour évoluer dans son métier. 

Pourtant, la motivation du 2ème est infiniment meilleure que celle du 1er, pour un recruteur. C'est ce qui fait que les candidats en poste sont plus recherchés. Injuste ? Je dirais plutôt logique.

Dans 6 mois, le premier candidat aura perdu sa très forte motivation puisqu'il aura obtenu ce qu'il cherchait, le deuxième aura toujours sa très bonne motivation puisque c'est un projet professionnel au long cours. Pour le recruteur, la différence, c'est la même qu'entre avoir une source de satisfaction et une source d'em*****ments. Qui préfèrerait choisir la 2ème ? Quand on a l'expérience, la question ne se pose pas.

Pour avoir un bonne motivation qui va convaincre un recruteur, vous avez deux solutions : la jouer comme on joue un rôle ou l'avoir réellement. Cela ne dépend pas de votre situation actuelle mais de votre projet professionnel. C'est tout l'art du recrutement que de dinstinguer les candidats acteurs des autres. 

Un projet qui tient la route, qui donne une bonne motivation,  c'est  un projet qui va vous permettre de vous développer, de croître personnellement : 

  • Exercer ou vous réorienter dans un métier qui vous tient à coeur. 
  • Evoluer vers plus de responsabilités ou devenir manager.
  • ...
Si vous faîtes cela, vous allez avoir 2 avantages pour le prix d'un seul. Le premier, c'est une vie professionnelle épanouie lorsque vous aurez réussi. Le deuxième, c'est que vous n'aurez plus besoin de réfléchir avant de répondre aux questions du recruteur : "présentez-vous. Pourquoi nous avez-vous contacté ? Pourquoi devrais-je retenir votre candidature ? etc,... La réponse va venir toute seule, simplement parce qu'il y a une vraie réponse à donner et qu'elle est évidente. 

2 - Contacter les entreprises.

Avec la 3ème, c'est l'étape sur laquelle on vous donne le plus de conseils : rédiger un CV et un courrier de motivation. Je n'entre pas ici dans le détail des conseils, vous en trouverez un peu partout, sur les articles de ce blog, notamment. 

Il y a deux choses à retenir de cette étape. 
  1. Si vous n'obtenez pas de rendez-vous avec vos documents, ne cherchez pas midi à quatorze heures pour trouver l'explication : vous faîtes mal quelque chose.  Les entreprises qui recrutent ont besoin de candidats de qualité et perdent beaucoup de temps à les recevoir. Si vous n'en faîtes pas partie, c'est que vous ne proposez pas les bons arguments. C'est une excellente nouvelle pour vous, parce que cela veut dire que la solution est entre vos mains et qu'il vous suffit de passer à ce qui fonctionne. Ne vous arrêtez pas à ce qui constitue votre identité, votre code génétique, votre sexe, votre âge, votre origine, votre handicap éventuel et en général à tout ce que vous ne pouvez pas changer. Les raisons sont rarement là dedans et même si elles y étaient parfois, vous n'y pouvez rien. Ne perdez pas votre temps à changer ce qui ne peut pas l'être. Les raisons sont dans vos arguments. Un point, c'est tout. 
  2. Contrairement à ce que pensent beaucoup de candidats, ni un CV, ni encore moins une lettre de motivation, ne servent à se présenter ou à raconter son parcours. Croyez-vous que le recruteur soit en mal de distraction pour se coltiner la vie de dizaines d'inconnu(e)s pendant ses journées de travail déjà bien remplies ? Soit vous racontez votre vie comme elle vous vient et vous attendez qu'un prince charmant y découvre tout seul quelque chose qui va le faire rêver, soit vous faites un petit effort pour aligner vos écrits avec les critères de choix du recruteur. Inutile de vous dire que nous ne croyons pas aux fées mais à l'efficacité pure et dure de la vente.

3 - Réussir son entretien de recrutement.

Si vous avez correctement respecté les étapes 1 & 2, vous allez être beaucoup plus facile que si vous ne l'avez pas fait. D'abord parce que vous allez avoir plus de rendez-vous mais aussi parce qu'ils vont mieux se passer. 

Il est inutile d'être Superman pour réussir un entretien d'embauche. Pire, il est inutile d'avoir fait un sans faute dans la démonstration du PARFAIT PETIT CANDIDAT illustré qu'on trouve un peu partout. 

Vous avez peut-être remarqué quelque chose : ce n'est pas parce que vous respectez à la lettre les conseils de gourous du coaching d'entretien que cela fonctionne ? D'abord parce qu'il est quasiment impossible de répéter les phrases ou les attitudes magiques, telles qu'on vous les donne à répéter, ensuite parce qu'en tant que recruteur, j'ai toujours eu une sainte aversion pour les candidats qui jouent un rôle qu'ils ont appris pour passer pour quelqu'un d'autre. 

C'est sûr, si vous respectez toutes les consignes à la lettre (si vous y arrivez), vous ne ferez pas d'erreur majeure. Sauf une : il va vous manquer la spontanéité et cela va éveiller un (très très) (vraiment très) gros doute dans l'esprit de celui qui est en face de vous. 

Si c'est un très bon pro, il en a pour 10 minutes à vous pousser en dehors de la charette et vous faire sortir du rôle. Sinon, il sentira bien qu'il y a un os, même s'il n'est pas capable de l'isoler tout seul. Je vous rappelle que ce n'est pas un examen. Cela veut dire que vous pouvez échouer avec 20/20 et que le candidat suivant, va réussir avec 15/20. 

Pour une raison très simple et facile à comprendre. C'est exactement la même qui explique pourquoi tous les français n'achètent pas une voiture de 4CV fiscaux en provenance d'une marque généraliste française. C'est ce qui se passerait si nous réagissions rationnellement. Le meilleur, le plus fiable, le plus civique, le plus écologique pour le moins cher. Exit, BMW, Range Rover, Mini, Bentley, Rolls, Ferrari, Alfa-Roméo, Cadillac, Lamborghini, Bugatti, Jaguar, etc, etc...

Et oui, le recruteur est un être humain. Tout être humain, même le plus sérieux de la planète, ne voit pas le monde à travers un filtre purement rationnel ou mathématique. Il le voit à travers un filtre culturel, émotionnel. A travers son imagination, ses préjugés, bref, pour convaincre un recruteur, ce n'est pas la prestation parfaite, c'est une prestation convaincante et une part de lien personnel et de séduction gratuite. 

Si vous ne me croyez pas, reprenez votre expérience récente de candidat et analysez là avec cette nouvelle clé de lecture....


4 - Conclure l'affaire.


Et oui, c'est une vente. Cette étape est la plus délicate. Cela se joue sur un mot, un coup de fil , une relance opportune. Elle veut aussi dire qu'il s'agit d'une vente et que votre recruteur (acheteur) prend souvent sa décision sans avoir la conviction absolue qu'il fait le bon choix. Si vous l'aidez un peu, vous lui rendez service ET vous avez le job.

Au lieu de sortir les traditionnelles questions idiotes à la fin de l'entretien quand on vous demande si vous avez des questions, concentrez-vous sur la vente. "quand prendez-vous la décision ?". "Y-a-t-il beaucoup d'autres candidats sur le poste ?", etc... Au lieu d'essayer de passer pour le super-candidat qu'on a plus envie de gifler que d'applaudir, vous allez obtenir des informations concrètes sur ce qu'il faut faire pour conclure la vente. 

La décision se prend le 21 ? Passez un coup de fil la veille pour réaffirmer votre intérêt pour le poste et faire valoir un argument. Si vous avez seulement demandé quelle est la stratégie de développement à moyen terme de l'entreprise dans le domaine de je ne sais quoi, vous aurez l'air bien malin(e) quand vous recevrez un refus le 22.

Ce n'est rien d'autre qu'une vente. Vous mangez si vous vendez. Le reste, c'est pipeau.


5 -  Réussir la période d'essai.


Vous l'aviez oubliée, celle-là ? Il ne faut pas parce qu'elle fait partie intégrante du parcours de recrutement. Ce n'est pas la plus difficile à réussir mais il est facile de s'y prendre les pieds et de se retrouver au point de départ. Vous avez signé un contrat ou vous êtes en intérim en attendant. Le recruteur va observer si ce qu'il a détecté dans votre recrutement est bien à la hauteur du dépliant publicitaire qu'étaient les étapes précédentes. 

Je vous rappelle que les annonces sont encore chaudes et qu'il a, dans son tiroir ou plutôt sur son disque dur, des CV qui frétillent encore. Il aurait tort de ne pas être un peu exigeant tant qu'il le peut.

Attachez vous à montrer 3 choses : votre capacité d'intégration dans un groupe, vos qualités professionnelles (et non pas seulement vos compétences) et surtout votre enthousiasme. Si votre employeur a la conviction qu'il a déniché un bon candidat dès les premiers jours, sa vigilance va petit à petit se transformer en début de confiance et c'est une belle base pour la suite. 


5 étapes et pas une de moins. Et vous, à laquelle êtes-vous rendu(e) en ce moment ?


Jouez maintenant pour tester votre efficacité.

quizz efficacité. 1 job pour 10cv. Patrick Morin

Un quizz gratuit en 10 questions pour vérifier votre efficacité.

Jouer