Les 5 choses que votre CV doit exprimer.

Paragraphe 1

1 job pour 10 cv. 5 choses que votre cv doit contenir.

Tant que l’on n’a pas trouvé le moyen de mécaniser le tri des CV, ils seront lus et triés par un être humain.

Cela veut dire que même si la personne qui en prend connaissance, suit un procédé méthodique, une grand partie de sa lecture sera filtrée par autre chose que des critères purement rationnels et un sentiment ou une impression va naître de sa lecture.

Votre CV  contient-il  ces critères ?

Du sourire.

Ceux qui vous déconseillent d’ajouter une photo à votre CV oublient quelque chose d’important. Dans la vie courante, une personne s’identifie de 2 manières principales : son nom et son visage. Les procédés neuro-cognitifs qui guident notre cerveau permettent d’identifier 1 visage parmi 100 et de le mémoriser.

C’est déjà un premier point positif. Vous devenez plus qu’un nom. Le deuxième intérêt est que cette « analyse » inconsciente que réalise votre cerveau, va produire immédiatement une émotion. Evidemment, dans nos sociétés pacifiées, elle est microscopique puisque notre survie ou notre sécurité n’en dépend pas (ou peu), mais elle est bien réelle. C’est naturel.

Nous ressentons environ 6 émotions de bases qui se décomposent en de multiples sentiments et votre visage en exprime et en fait naître dans l’esprit de celui qui le découvre. Personne n’y échappe.

Bref, proposer une photo, c’est déclencher une émotion qui va servir de filtre pour la suite, même si la personne qui les ressent s’en défend et qu’il utilise des moyens 100% rationnels pour évaluer votre document.

Le truc est de déclencher la bonne. Vous aurez donc soin de proposer une photo de votre visage sur un format de photo d’identité (buste haut/épaule et visage) sur un fond neutre avec une tenue vestimentaire professionnelle (la partie visible évidemment), d’y afficher un sourire large qui montre vos dents et un regard direct. Pas de selfie, de photo anthropométrique, de photo de groupe rognée, de fond exotique et généralement de photo type profil facebook ou tout autre fantaisie qui engendre une réaction négative.

Dans les exemples suivants, j’ai (un peu) forcé le trait mais on n’est pas si loin de la réalité parfois.

La photo sur votre CV. 1 job pour 10 cv.

Du contenu utile.

Il y différentes manières de présenter son expérience. Toutes n’ont pas la même valeur (voir cet article).

En plus d’appliquer les conseils pour booster la valeur de votre contenu, faîtes une chasse systématique à tous les éléments parasites qui pullulent dans la plupart des CV.

Le petit « Mr » ou « Mme » devant votre nom ou la signature de votre lettre de motivation. Est-il utile de préciser « Je suis Monsieur Untel ». C’est une marque de respect qu’on adresse à autrui. Si vous n’êtes pas  titulaire d’un titre pro (docteur, professeur, avocat, notaire, etc…) , faites-en l’économie.

Le fameux « niveau BTS » ou « niveau Master ». Arrêtez ça tout de suite. Niveau BTS signifie que vous n’avez pas le niveau suffisant pour avoir obtenu le diplôme. Quel intérêt ?

Le non moins célèbre « anglais scolaire » qui signifie « pas capable de parler anglais au boulot », sauf pour demander le chemin de l’hôtel à Brian. Encore une fois, quel intérêt ?

Le plus folklorique « musique, vélo, lecture, cinéma » dans le divers. Divers ne signifie pas « futile » ou « insignifiant ». Cela signifie « choses intéressantes pour vous, en dehors de mon parcours pro ».

Ces scories ne servent qu’à colorier la page et donnent de vous une image désinvolte.

Du collectif.

Parmi les choses essentielles que l’on recherche dans votre profil, votre capacité à collaborer, à vous intégrer, à participer, bref à contribuer à un travail de groupe. On embauche rarement un salarié pour le projeter dans la pampa tout seul, sans entourage.  N’hésitez donc pas à parler au « nous » au lieu du « je » et de faire mention de votre groupe chaque fois que cela est pertinent. Si vous postulez à une fonction de manager, c’est obligatoire. Dire « j’ai réalisé ceci ou cela » lorsqu’on l’a fait en équipe est un mauvais signal. « Nous avons amélioré le taux de satisfaction client de 7% sur 9 mois » est un bon signal.

Cette indication naturelle de votre conscience et de votre fierté de l’équipe n’est pas une évidence. Vous devez donc en parler.

De la pertinence.

Ce n’est pas l’ajout d’un titre qui rend votre CV pertinent pour celui qui le lit. Combien de fois voit-on un CV titré avec la reprise du titre de la petite annonce à laquelle il répond et un contenu entre légèrement et très loin du sujet. S’il suffisait d’ajouter un titre ou des mots clés à un CV pour rendre son contenu pertinent, le problème des centaines de milliers d’offres d’emploi non satisfaites n’existerait plus.

Le CV le plus pertinent est celui qui contient des « morceaux » de réponse dans tout son contenu. Depuis la description de l’expérience jusqu’aux éventuels divers s’ils ont un intérêt.

Le plus simple pour éviter de refaire un CV à chaque annonce, est de centrer votre recherche sur un profil de poste homogène et de rédiger votre CV en adéquation. Il sera dans la plaque chaque fois.

Du sérieux.

 Vous connaissez cette phrase « on n’a qu’une seule occasion de faire une première bonne impression ». Cette première impression est essentielle, voire capitale parce qu’une fois qu’elle est imprimée dans l’esprit de celui qui la ressent, tout ce qui suit servira à la conforter ou la corriger. Cela veut dire que si elle est mauvaise, il sera très difficile de la ramener dans le vert parce qu’une mauvaise impression corrigée, c’est une « moins » mauvaise impression. C’est tout.  La première impression que l’esprit du recruteur va engendrer se fera sur la base de votre CV. J’ai lu peu de CV qui ne contenaient pas au moins une petite rayure sur le vernis.

C’est une série d’expériences dont 3 sont conclues par un point, en fin de phrase, et la quatrième non. C’est une petite faute d’orthographe anodine. C’est une mauvais utilisation des règles de ponctuation, de l’accentuation. La justification du texte à droite, etc…

Cela endommage votre message, malgré la qualité de son contenu et c’est simple à comprendre. En rédigeant un CV, vous êtes sensé(e) faire quelque chose d’important pour vous. Si vous êtes négligent(e) sur un sujet essentiel, comment serez-vous sur le détail quotidien ensuite ?

« vous cherchez un employe serieu, ca tombe bien, c’est mon cas. » n’a pas du tout la même valeur que « Vous cherchez un employé rigoureux ? Ca tombe bien, c’est mon cas ! ». Vous dîtes la même chose mais on lit autre chose. Bon. Evitez d’écrire ça, même correctement. Merci d’avance.

Et si vous jetiez un coup d’oeil à votre CV.